Lubumbashi: Le fouet, la méthode éducative préférée des parents




Pour certains parents à Lubumbashi, le meilleur moyen de punir un enfant indiscipliné est de le fouetter ; cette vieille méthode éducative cause plus du tort que du bien et mérite d’être abandonnée.

C’était vers minuit ; allongé sur le lit, sous une grande pluie battante, profitant du calme relatif qui régnait à l’hôpital ; et juste au moment où je m’assoupissais, que l’infirmière des urgences est venue m’appeler pour aller voir une patiente qui venait d’être amenée.
J’arrive aux urgences ; je trouve sur le lit d’examen une fillette inconsciente, saignant à la tête et portant de vêtements déchirés laissant son torse nu ; « Marie, Jésus, Joseph ! Que ce qui lui est arrivé ? » Je me suis demandé à mi-voix. C’est en récoltant les éléments de l’anamnèse auprès de ceux qui l’avaient amené que j’ai appris qu’« elle a été sévèrement tabassée par sa mère pour indiscipline ».

Plus du mal que du bien

À Lubumbashi, nombreux sont ces enfants qui subissent chaque jour de violences corporelles de la part de leurs parents. Ces derniers estiment que fouetter un enfant est le meilleur moyen de réprimer tout écart de conduite. Alors que les études démontrent que cette vieille méthode punitive engendre plus de mal que du bien.
En plus de dégâts corporels qui peuvent survenir tels que les plaies et fractures, frapper un enfant peut causer de graves lésions du cerveau et même la mort. Les études démontrent que cette méthode éducative est la moins bonne parmi celles qui existent ; elle conduit souvent à des résultats contraires à ceux qui sont attendus : entêtement, formation d’adultes sans pitié et incapable de résoudre les problèmes autrement que par la violence, etc.

Il est possible d’éduquer son enfant sans recourir au fouet ; les parents doivent apprendre à parler avec leurs enfants quel que soit la gravité de la faute commise ; les violences physiques sur les mineurs peuvent se révéler très néfastes et doivent être abandonnées.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lubumbashi : Elle n’avait pas suivi les CPN, elle perd son bébé

Lubumbashi : une trentaine d’enfants empoisonnée ?

RDC : Les fausses vérités sur l’épilepsie, germes de la stigmatisation