Lubumbashi : Elle n’avait pas suivi les CPN, elle perd son bébé


Elle a perdu son bébé, né par césarienne, et elle même a failli mourir; Nkita pouvait éviter ce scénario malheureux, si  elle avait suivi les consultations prénatales (CPN). Alors qu’elles permettent de réduire les complications liées à la grossesse et la mortinaissance, plusieurs femmes à Lubumbashi ne suivent pas les CPN, lorsqu’elles sont enceintes. La sensibilisation de la communauté et la réduction du coût de ces consultations peuvent aider à inverser cette tendance.

Elle n’avait suivi aucune consultation prénatale depuis qu’elle était tombée enceinte ; mère de trois enfants, Nkita se disait assez expérimentée pour gérer seule sa grossesse ; point n’était question pour elle de se rendre régulièrement à l’hôpital pour suive les CPN, une perte d’argent inutile disait-elle.

Lorsqu’elle a été amenée à l’hôpital, elle était effondrée et son pagne mouillé du sang. Après examen, il était clair que le placenta, mal inséré, empêché totalement la sortie de l’enfant ; c’est ce qu’on appelle du placenta prævia.

Face à cette urgence vitale, pour Nkita et son bébé dans le ventre, il n’y avait qu’une solution : faire une césarienne. Malheureusement, le nouveau-né n’avait pas survécu malgré la réanimation dont il a bénéficié après l'accouchement.

Sensibiliser la communauté

Si Nkita avait suivi les CPN, ce problème allait être détecté bien à temps, une césarienne allait être programmée; ce qui allait lui éviter de frôler la mort et perdre l’enfant qu’elle a porté pendant plusieurs mois.

Elles sont encore nombreuses ces femmes qui ne suivent pas les CPN à Lubumbashi, comme Nkita ; la majorité d’entre elles sont celles ayant déjà accouché plus d’une fois et qui croit que ces consultations ne visent que de faire augmenter les recettes des hôpitaux.

Du soutien psychologique à la planification du mode d’accouchement, en passant par la prévention et la détection de maladies pouvant survenir au cours de la grossesse, les bénéfices d’un bon suivi de CPN sont considérables. La sensibilisation à ce sujet ne doit pas seulement viser la femme, l’homme aussi doit être averti de bénéfices de CPN et risque que court une gestante qui ne les suit pas; ceci afin qu’il aide cette dernière à vivre une expérience positive de la grossesse.

Réduire le coût ou les rendre gratuites

L’OMS recommande qu’une gestante suive au moins 8 consultations, la première doit avoir lieu autour du troisième mois. Pour certaines femmes, surtout celles à revenue limitée, ceci représente un lourd fardeau financier ; il ne faut donc pas seulement se limiter à sensibiliser, mais il faut aussi se battre pour réduire le coût, à défaut de rendre les CPN totalement gratuites.

Inciter les femmes à suivre régulièrement les CPN lorsqu’elles sont enceintes permettra de réduire les complications liées à la grossesse (et les mortinaissances) et de participer ainsi aux objectifs de développement durable.

Crédit Photo: Thomas Lecavelier

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lubumbashi : une trentaine d’enfants empoisonnée ?

RDC : Les fausses vérités sur l’épilepsie, germes de la stigmatisation