Accéder au contenu principal

Lubumbashi : Elle n’avait pas suivi les CPN, elle perd son bébé



Elle a perdu son bébé, né par césarienne, et elle même a failli mourir; Nkita pouvait éviter ce scénario malheureux, si  elle avait suivi les consultations prénatales (CPN). Alors qu’elles permettent de réduire les complications liées à la grossesse et la mortinaissance, plusieurs femmes à Lubumbashi ne suivent pas les CPN, lorsqu’elles sont enceintes. La sensibilisation de la communauté et la réduction du coût de ces consultations peuvent aider à inverser cette tendance.

Elle n’avait suivi aucune consultation prénatale depuis qu’elle était tombée enceinte ; mère de trois enfants, Nkita se disait assez expérimentée pour gérer seule sa grossesse ; point n’était question pour elle de se rendre régulièrement à l’hôpital pour suive les CPN, une perte d’argent inutile disait-elle.

Lorsqu’elle a été amenée à l’hôpital, elle était effondrée et son pagne mouillé du sang. Après examen, il était clair que le placenta, mal inséré, empêché totalement la sortie de l’enfant ; c’est ce qu’on appelle du placenta prævia.

Face à cette urgence vitale, pour Nkita et son bébé dans le ventre, il n’y avait qu’une solution : faire une césarienne. Malheureusement, le nouveau-né n’avait pas survécu malgré la réanimation dont il a bénéficié après l'accouchement.

Sensibiliser la communauté

Si Nkita avait suivi les CPN, ce problème allait être détecté bien à temps, une césarienne allait être programmée; ce qui allait lui éviter de frôler la mort et perdre l’enfant qu’elle a porté pendant plusieurs mois.

Elles sont encore nombreuses ces femmes qui ne suivent pas les CPN à Lubumbashi, comme Nkita ; la majorité d’entre elles sont celles ayant déjà accouché plus d’une fois et qui croit que ces consultations ne visent que de faire augmenter les recettes des hôpitaux.

Du soutien psychologique à la planification du mode d’accouchement, en passant par la prévention et la détection de maladies pouvant survenir au cours de la grossesse, les bénéfices d’un bon suivi de CPN sont considérables. La sensibilisation à ce sujet ne doit pas seulement viser la femme, l’homme aussi doit être averti de bénéfices de CPN et risque que court une gestante qui ne les suit pas; ceci afin qu’il aide cette dernière à vivre une expérience positive de la grossesse.

Réduire le coût ou les rendre gratuites

L’OMS recommande qu’une gestante suive au moins 8 consultations, la première doit avoir lieu autour du troisième mois. Pour certaines femmes, surtout celles à revenue limitée, ceci représente un lourd fardeau financier ; il ne faut donc pas seulement se limiter à sensibiliser, mais il faut aussi se battre pour réduire le coût, à défaut de rendre les CPN totalement gratuites.

Inciter les femmes à suivre régulièrement les CPN lorsqu’elles sont enceintes permettra de réduire les complications liées à la grossesse (et les mortinaissances) et de participer ainsi aux objectifs de développement durable.

Crédit Photo: Thomas Lecavelier

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blogueur, mais comment un médecin peut se retrouver là

On peut bien être médecin et porter la casquette du blogueur. Cette dernière peut d’ailleurs être utilisée, à côté du stéthoscope, du thermomètre ou du bistouri, comme outils pour participer à l’amélioration de la santé de la population. Dans un pays à plusieurs défis sanitaires comme le nôtre, il est souhaitable que beaucoup plus de jeunes s’intéressent à ce mode de communication.

À l’aube de l’an 2019, j’étais reçu par le ministre de Santé publique de l’époque, le Dr Oly Ilunga, dans son cabinet. C’était pour le compte de Habari RDC, en vue de parler de la dixième épidémied’Ebola en RDC, déclarée depuis début août 2018.
Après s’être présenté comme « Médecin et Blogueur », le ministre m’avait aussitôt demandé « comment un médecin se retrouve-t-il blogueur ?». Et ce n’était pas la première fois que cette question m’était posée.
Entre vocation, passion et curiosité
Ma casquette actuelle de « Médecin & Blogueur » ne peut être bien comprise sans remonter des années en arrière. Tout comm…

Symposium AMU RDC : il y a urgence à réanimer la médecine d’urgence

Discipline médicale importante, mais peu développée en RDC, la médecine d’urgence vise à augmenter les chances de survie des patients dont la vie ne tient qu’à un fil. Son émergence contribuera grandement à la réduction du taux de mortalité dans notre pays. Un symposium sera organisé à Kinshasa, du 29 au 30 novembre 2019, par l’AMU RDC.


La RDC est l’un des pays à fort taux de mortalité dans le monde (Pop.data), et (donc) à faible espérance de vie (Atlasocio). Les causes sont certes nombreuses, mais la qualité de la prise en charge occupe une place non négligeable. L’amélioration de la qualité de la prise en charge des Congolais doit donc être une des priorités.

Le coma des Urgences
La médecine d’urgence a pour but de reconnaître les personnes souffrantes dont la vie ne tient qu’à un fil et leur faire bénéficier des soins appropriés, afin d’augmenter leur chance de survie.

Hélas, ce domaine médical est peu développé dans notre pays. Par manque du personnel qualifié en médecine d’urgence, e…

Comment l’UNFPA contribue-t-il à la lutte contre la pauvreté en RDC

En dépit de ses multiples richesses, la RDC est l’un des pays les plus pauvres au monde. La taille des ménages, le niveau d’instruction et la connectivité sont les principaux facteurs sur lesquels on doit agir pour sortir de ce marasme. J’ai appris au cours d’une session d’échange, organisé à l’intention de blogueurs congolais, comment l’UNFPA à travers son ambitieux programme aide notre pays à prendre définitivement un bel élan vers son développement.

Elle était riche en information, la session d’échange organisée le mardi 12 novembre dernier par le Fonds de Nations Unies pour la Population (UNFPA) à l’intention de blogueurs congolais (Habari RDC). Cette rencontre, prélude d’un partenariat, nous a permis de comprendre l’apport de cette agence onusienne au développement de notre pays. #RDC: @UNFPARDC réunit les membres de @habariRDC pour une session d'information sur son rôle et mandat. L'objectif est d'outiller les blogueurs congolais à communiquer sur les questions de popu…