Lubumbashi : une trentaine d’enfants empoisonnée ?



Il aurait fallu boycotter le rendez-vous pour échapper à ce danger. Mais personne ne pouvait s'y attendre. C'est l'histoire d'un enfant de la maternelle dont l'anniversaire a tourné au cauchemar. Quelques heures seulement après le partage du gâteau, un enfant est décédé alors qu'une trentaine de ses condisciples sont hospitalisés. La scène a vécu le dernier week-end d'avril à Lubumbashi. D'aucuns croient en l’empoisonnement, seule explication plausible. Mais qui sait! Et si la cause n’était pas celle-là ? Et s’il s’agissait d’une toxi-infection ?

Une fête qui tourne mal

Un jour qui devrait rester mémorable a donné vie à un cauchemar pour plusieurs enfants et leurs parents. Pourtant le gâteau a bien été réalisé par une enseigne connue à Lubumbashi. Empoisonnement ? Intoxication simple ? En tout cas, c'est une fête qui a mal tourné jusqu'à donner la mort. La victime s'appelle Berouria Mputu, un ange dont la vie a été raccourcie. Elle a été enterrée le mardi 01 mai 2018.

Que s'est-il passé ?

Le gâteau d'anniversaire a été réalisé par une dame dont l'enfant (aussi hospitalisée) était parmi la trentaine. Pour la plupart d’observateurs, il y aurait empoisonnement. Une position compréhensible à Lubumbashi. En tout, le gâteau doit avoir été empoisonné, saboté au cours de sa fabrication. Une autre thèse, la moins avancée,  est plus scientifique: la toxi-infection alimentaire. Il s’agit d’une intoxication qui survient après la consommation d’aliments contaminés par des microbes nocifs. Une contamination parfois due à une mauvaise conservation, qui n'a rien à voir avec la volonté de tuer.

Est-ce explicable ?

L’explication est simple : dans un aliment mal conservé ou périmé, les microbes se développent assez bien et sécrètent les toxines qui causent souvent des douleurs abdominales, des nausées et des vomissements, en plus des fièvres et frissons, etc. Dans certains cas, en fonction du microbe en présence, une prise en charge médicale est urgente, sinon l’individu succombera. Et ici, c'est ce qui s'est passé

La prévention peut sauver

Tous les aliments mal préparés ou mal conservés peuvent conduire à une toxi-infection, surtout les pâtisseries, les laits non pasteurisés, la charcuterie, les crudités. L'hygiène est primordiale pour se préserver, c'est le début de la prévention qui passe avant la guérison. Cette prévention passe notamment par l’utilisation d’aliments non périmés, la réfrigération rapide et constante des aliments (surtout les surgelés), la cuisson à de température adéquate, l’hygiène de la vaisselle et des mains, etc.

La réalité vécue le week-end dernier à Lubumbashi ne devrait donc pas vite jeter designer le coupable.


Texte de : Fidèle Bwirhonde & Richard Ndambo
Credit photo: Kristi611

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lubumbashi : Elle n’avait pas suivi les CPN, elle perd son bébé

RDC : Les fausses vérités sur l’épilepsie, germes de la stigmatisation